LA BANQUE VILLAGEOISE

Une centaine d’habitants de la vallée d’Aspe ont décidé de re-dynamiser l’économie de leur territoire en voie de désertification, en choisissant de collecter l’épargne des habitants et proposer des prêts à taux zéro à des porteurs de projets désireux de s’installer dans la vallée. Cette initiative, qui permet aux gens qui ne souhaitent pas être élus de faire quelque chose pour le territoire, concerne plus d’une centaine d’habitants (soit 4% des habitants de la vallée) qui prêtent chacun 180 € à l’association (15€ par mois). Ainsi 20 000 € ont été récoltés en 2011, qui vont bénéficier à cinq projets : une entreprise de céramique, une autre de ferronnerie-mécanique, deux structures d’aide au développement commercial et un centre de soins esthétiques voient le jour. Parmi ces porteurs de projets, certains n’auraient pas pu démarrer leur activité sans l’association, l’argent prêté servant d’apport personnel à ceux qui n’en ont pas. Un argument non négligeable pour convaincre les institutions financières de la viabilité d’un projet. Chaque demande de prêt est étudiée par le conseil d’administration et un comité technique composé de chefs d’entreprises ou de banquiers, pour la plupart à la retraite. Ceux-ci évaluent la solidité du projet et accompagnent les entrepreneurs dans leurs démarches, de l’étude de marché à la définition de leurs besoins de trésorerie. Plus qu’une somme d’argent, Aspe solidaire apporte donc un soutien technique et moral à ceux qui la sollicitent. De leur côté, les membres ne peuvent espérer un quelconque retour sur investissement lorsqu’ils prêtent de l’argent. Car, quand les sommes engagées sont remboursées 3 à 4 ans plus tard, l’inflation est passée par là. En outre, les prêteurs n’ont aucune garantie de revoir leurs deniers puisque si quelqu’un ne rembourse pas son prêt, l’association ne se retourne pas contre lui, la perte est répartie sur tout le monde. Le succès de la première levée de fonds en 2011 a été tel que les membres d’Aspe solidaire ont décidé d’organiser une deuxième collecte d’épargne en 2013 pour répondre aux sollicitations de nouveaux porteurs de projets. Alors même que les premiers prêts n’ont pas été remboursés, 73 personnes se sont déjà engagées et les inscriptions courent jusqu’à la fin de l’année…

Lire l’article