LES ENJEUX DE LA MONTÉE DE LA SURVEILLANCE

Aux Etats-Unis, le FBI a émis des dizaines de milliers de lettres de sécurité nationale ultra secrètes pour collecter toutes sortes de données sur les personnes et en a abusé pour espionner les utilisateurs de services de cloud computing. Il peut recueillir un large éventail de données personnelles d’internet sans mandat, intercepter les données de téléphones portables et utiliser un micro sur certains téléphones classiques. Le département de la sécurité intérieure américain collecte également une quantité massive de données sur les personnes, et les services de police locaux organisent des “centres de fusion” pour collecter et analyser ces données pour dissimuler les ratés de ce programme. Et le gouvernement qualifie régulièrement des choses, non pas parce qu’elles ont besoin d’être secrètes, mais parce que leur libération l’embarrasserait, alors que savoir comment le gouvernement espionne est important. Non seulement parce que l’essentiel de cet espionnage est illégal mais parce que la démocratie exige des citoyens bien informés afin de fonctionner correctement, et que la transparence et la responsabilité sont des éléments essentiels de cela (le gouvernement sert la volonté du peuple, et le gouvernement doit toujours avoir à justifier ce qu’il fait).L’enjeu n’est pas de savoir ce qu’ils font, mais quelle est la justification du recours au secret, et jusqu’où ils vont, ou pour le dire autrement, que la classification des actions ne doit pas signifier la classification des bilans ou des méthodes. La technologie donne au renseignement une puissance sans précédent. En retour nous devons exiger que le bilan qui nous en est livré soit lui aussi plus puissant, afin que nous puissions mieux armer la régulation et nos contre-pouvoirs. La surveillance des gouvernants est primordiale, elle doit être organisée, encadrée et régulièrement revisitée. Face à la montée de la surveillance, la dénonciation est la seule arme des citoyens. Cela signifie donc que nous devons l’armer légalement.

Lire l’article