L’ÉCOLOGIE INDUSTRIELLE SYSTÉMATISÉE DANS LE CANTON DE GENÈVE

Depuis dix ans, Genève travaille à améliorer la durabilité de ses activités économiques grâce à l’écologie industrielle, et a même inscrit ce principe dans sa constitution en 2012. Avec des gravières locales épuisées d’ici 15 ans et un manque de place pour les déchets de démolition, le recyclage dans le BTP est une priorité. L’administration publique s’est alors attelée à changer les comportements des grands groupes du bâtiment : le projet Ecomat accompagne les industriels pour qu’ils recyclent et réutilisent les graves, et l’État réclame des matériaux recyclés dans les marchés publics, ce qui devrait permettre de doubler les disponibilités locales de gravier. Sur l’énergie, une loi vise, quartier par quartier, à évaluer les besoins et à utiliser les ressources énergétiques disponibles sur place. Parmi d’autres, l’entreprise Rolex devrait ainsi bientôt brancher son système de refroidissement sur un réseau de chaleur pour alimenter un quartier d’habitation. Pour le gouvernement, l’enjeu est de pousser – sur une base volontaire – les collaborations entre entreprises pour limiter leur impact sur l’environnement : mutualiser l’approvisionnement, investir collectivement dans le traitement des déchets mais aussi la coopération sur les services.

Lire l’article